De l’autre côté de la crise…

Au cours des dernières semaines, notre vie quotidienne a été bouleversée :

  • Dans notre manière de faire nos courses
  • Dans notre façon de travailler
  • Dans notre façon d’éduquer nos enfants
  • Dans notre façon de faire attention à notre hygiène
  • Dans notre façon de nous comporter en communauté
  • Dans notre façon de faire de l’exercice…

Aucune entreprise ni aucun pays n’est aujourd’hui épargné par l’épidémie de COVID-19 et tous craignent et luttent pour leurs survies.

Le climat économique actuel ainsi que de notre vie personnelle est empreint de profondes incertitudes.

Mais que va-t-il se passer ensuite ?

C’est une question difficile à répondre et personne n’aura la bonne réponse aujourd’hui. Cependant, en regardant « dans le rétroviseur », notre civilisation n’en est pas à sa première crise économique et sociale.

Une chose remarquable est qu’après chacune de ces crises sont nées des ruptures (bien souvent technologiques) qui allaient radicalement changer notre monde.

Le crash pétrolier de 1973 nous a amené l’ordinateur personnel avec Microsoft (1975) et Apple (1976) ainsi que l’ERP avec SAP (1973).

Le lundi noir de 1987 à fait naître Internet tel que nous le connaissons aujourd’hui (1990), le premier smartphone (créé par IBM en 1992) Les studios Pixar (1987)

La bulle internet de 2000, a donnée naissance :

  • Aux réseaux sociaux avec Linkedin (2002) et Facebook (2004)
  • Au CRM avec Salesforce (2000)
  • A la voiture électrique avec Tesla (2003)
  • Au rêve de voyager dans l’espace avec SpaceX (2002)
  • A la démocratisation de la culture avec Wikipedia (2001)

La grande récession de 2008, a permis de créer :

  • La grande révolution des smartphones avec la création de l’IPhone (2008)
  • Une nouvelle façon de consommer avec Uber (2009)AirBnb (2008)
  • Les objets connectés avec Xiaomi (2010)

Ces « entreprises » ont toutes contribué à sortir de la crise grâce à des technologies de ruptures.

Pour que les entreprises existantes puissent surmonter cette perturbation, elles doivent apporter des changements profonds et systémiques dans leurs organisations.

Les dirigeants des sociétés actuelles devront modifier les mentalités afin de casser les codes établis pour faciliter, la quête, la découverte et la résolution des nouveaux problèmes et des nouveaux besoins.

Les systèmes organisationnels du passé doivent évoluer radicalement pour devenir des machines d’agilités, d’apprentissages et de croissances. 

Nous entrons dans une période de grande « réinitialisation », avec de profonds changements d’habitudes de consommation et ceci va toucher tous les marchés et tous les pays.

Le potentiel est énorme et partout

La période que nous vivons actuellement pousse à l’extrême nos méthodes de travail et nos organisations. Elle a le mérite de montrer les limites et ceci met en avant un énorme potentiel d’innovations dans de très nombreux domaines :

  • Dans la médecine, avec l’intelligence artificielle, les nouvelles technologies… Vous n’avez qu’à regarder les 10 innovations qui selon Bill Gates vont changer ce secteur.
  • Dans l’écologie (panneaux solaires, la viande sans viande, les toilettes sans égouts, la capture carbone…) Pour en savoir plus voici un article intéressant sur le sujet.
  • Dans l’éducation avec le travail collaboratif, l’échec productif, le desing thinking, le learning video games…
  • Le besoin d’automatisation des tâches à faibles valeurs ajoutées est partout.
  • L’organisation du travail à distance n’en est qu’à ses débuts.
  • Les besoins de transparences et de traçabilités sont criants dans ces périodes de crise…
  • La gestion des tâches administratives a besoin d’agilité de rapidité de portabilité…

Et maintenant ?

Et bien maintenant on reste à l’écoute de toutes ces innovations et on y va !

Dans cette période, nous allons avoir besoin de leaders inspirants, déterminés, prêts à relever d’énormes défis et avec des visions fortes.

Le profil de ces leaders en quelques mots,

  • Ils sont capables de bousculer les pré-requis pour chercher de nouvelles vérités commerciales.
  • Ils acceptent que les comportements et les besoins clients changent sans cesse et savent s’adapter.
  • Ils ont le goût du risque et savent qu’il faut régulièrement échouer pour réussir à la fin.
  • Il apprennent et apprennent à nouveau tout le temps, sans relâche.
  • Ils sont en quête d’agilité, d’adaptabilité, de rapidité
  • Enfin ils ont un TRES fort état d’esprit de croissance

1 réflexion sur “De l’autre côté de la crise…”

  1. Ping : La digitalisation du secteur de l'art - David LANGLADE

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

%d blogueurs aiment cette page :